Sébastien Béguier, nouveau parrain du Collège Savio

Sébastien Béguier, vététiste des défis extrêmes, a accepté, en novembre 2016, de devenir le parrain du Collège Savio. Portrait d’un homme engagé.

Sébastien Béguier a toujours cru dans les vertus du sport. Il s’adonnait précédemment au foot-ball, puis, à la suite d’un drame familial, il a repris le foot, mais se trouvant dans une période de transition ne savait s’il allait continuer ou s’arrêter. C’est alors qu’il a découvert une nouvelle discipline, le VTT (Vélo Tout Terrain) et s’est lancé un défi personnel : faire un 24 h VTT en solo. C’est là qu’il prendra le goût du dépassement de soi.

Sa première course au Lambon, en 2014, se termine par un abandon dû en bonne partie à une mauvaise météo. Il estime alors, que si il y a eu abandon, c’est que quelque chose n’a pas fonctionné. Il en tire les bonnes conclusions pour que ce ne soit pas un échec, repense totalement sa manière de s’entrainer, de s’alimenter et de se concentrer. Il réussit à faire de cet épisode la première étape d’une longue et exigeante préparation physique et mentale vers la victoire de l’année suivante. La saison 2015 fut très dure. Sébastien apprend à se transcender dans la souffrance. « Si tu veux être à l’aise le jour J, il faut te faire mal avant. La réussite passe par la douleur physique, mais avant de le comprendre cela peut demander du temps », déclare-t-il. Il pédale des centaines et des centaines de kilomètres se donnant pour but de transformer le négatif en positif. Il le doit à lui-même, à ceux qui l’entourent, sa famille, ses amis, ses partenaires et sponsors. Il n’est pas question de les décevoir.

Sébastien se fixe sans cesse des défis extrêmes. En pleine préparation des mondiaux qui se dérouleront en Italie en juin 2017, il roule 500 km en VTT pour relier Saint-Léger de la Martinière, d’où il part, à Melle, vingt-quatre heures plus tard. Entre ces deux pôles, il aura parcouru le département des Deux-Sèvres du nord au sud et de l’ouest à l’est, de nuit comme de jour.

Le partenariat avec Savio

C’est d’ailleurs dans le cadre de la préparation du téléthon que Sébastien rencontre Christophe Labrousse dans sa fonction de maire de Saint-Léger de La Martinière. Les deux hommes constatent rapidement que si leurs personnalités sont différentes, ils possèdent une même conception de l’existence et de l’éducation et véhiculent des valeurs semblables. Avoir affaire à eux deux sera forcément équilibrant pour les Saviotins. C’est un homme plein d’humilité, d’intelligence et d’humanité qui accepte de devenir le parrain du collège Savio. Il sait se servir de son vécu pour avancer et a compris que pour réussir il faut être cohérent avec soi-même et les autres. Pour Sébastien, être parrain est un engagement essentiel qui correspond à sa volonté de transmettre, d’échanger et de passer des messages de solidarité aux enfants. Il prend très au sérieux sa tâche et participe régulièrement aux activités du collège. Son parcours le rend crédible aux yeux des enfants qui écoutent ce qu’il a à dire. Sébastien applique à l’éducation et à la vie les méthodes qu’il pratique dans le sport et cela donne plutôt de bons résultats. « La première chose que les parents regardent dans un établissement scolaire, c’est le taux de réussite aux examens. Quand le taux de réussite est élevé, c’est qu’il y a un bon enseignement et c’est ce taux de réussite qui donne de la valeur à l’école. Cette valeur, ce sont bien les élèves qui l’apportent. Il faut que les Saviotins prennent conscience de cela ; ils sont à l’origine de leur propre valeur » explique-t-il. Lors d’un récent entretien, il a demandé aux élèves de 3e ce qu’ils avaient mis en place de particulier pour la préparation au brevet des écoles. Rien de spécial n’ayant été fait, il leur a suggéré un travail d’équipe le soir après les cours. Une sorte d’entrainement intensif d’une demi-heure par binôme, l’intérêt étant que lorsque l’on fait travailler l’autre on apprend soi-même sans s’en apercevoir. Sébastien a été très fier d’apprendre que cette suggestion avait fait son chemin et que les adolescents avaient rapidement mis en place un programme d’entrainement digne d’une « compétition » !

Ce parrain d’un nouveau style à Savio, les précédents étant plus proches du monde des paillettes que de l’effort, conçoit son rôle comme un prolongement du travail des éducateurs et réussit à faire passer des messages qui pourraient ne pas être entendus dans le circuit traditionnel.

CDS NEWS – 20 mars 2017

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s