Cercle des Parents pas Carrés : compte-rendu conférence-débat du 22 février

LE CERCLE DES PARENTS PAS CARRÉS – 11e SÉANCE – 22 février 2020

Christophe Labrousse

Directeur-fondateur de l’École-Collège Savio

a animé cet atelier dont le thème était :

« Comment vivre avec les écrans ? »

COMPTE RENDU

Avant d’ouvrir la séance, Christophe Labrousse recommande trois ouvrages au public présent :

« La fabrique du crétin digital » de Michel Desmurget dont la conclusion est sans appel : attention ! Écrans, ; poison lent.

« Ces ondes qui tuent, ces ondes qui soignent » » de Jean-Pierre Lentin

« Et si on changeait l’école » d’Aline Petrouchnine qui traite entre autres du rôle différent des deux hémisphères du cerveau et comment à partir de là adapter des pédagogies.

I – LES CONSTATS

L’objectif de l’atelier de ce matin est de faire un constat de la situation et d’y apporter ensemble des réponses. Les écrans, les réseaux sociaux sont une calamité pour tout le monde et en particulier les enfants. Les parents doivent avoir une longueur d’avance par rapport à leurs enfants et être capables de leur dire non. L’ambiance du moment fait que beaucoup de parents baissent les bras. Ce n’est pas la bonne solution. Le non négociable doit faire partie de la vie familiale sans discussion possible. Sur les réseaux sociaux, à la télévision l’information est diffusée sans aucune vérification préalable et sans aucun filtre. La place de la TV dans la maison est donc importante ainsi que celle des autres écrans : ordinateur, smartphone, tablette, console de jeux. Il faut comptabiliser ces différents écrans et les localiser dans la maison.

À la télévision, les images sont de plus en plus violentes et agressives, voire pornographiques, il faut donc éviter de regarder la télévision en mangeant. Il faut mettre en place un contrat d’engagement au sein de la famille plutôt que des interdictions qui sont subies et non partagées. Il faudra trouver des terrains d’entente et ne pas utiliser le chantage. Le moment d’échanges doit se faire dans la salle à manger. Il faut toujours trouver le cadre : s’ils sont encadrés, les enfants se sentent sécurisés. Si, en tant que parents, on laisse libre cours à toutes les bêtises, cela devient de la maltraitance. En instaurant ce contrat d’engagement, il faut rappeler aux enfants qu’ils vivent chez vous. Ce contrat implique des choix et une responsabilisation. Refusez les smartphones jusqu’à la classe de 4e et mieux encore jusqu’à celle de 3e. Les tablettes ont tendance à disparaître, mais le smartphone qui est devenu la prolongation de la main est un fléau.

Analysez la place des écrans pour chaque membre de la famille et prenez des mesures en discutant avec les enfants et en les responsabilisant.

II  – LES CONSÉQUENCES

Les conséquences sur la santé sont dramatiques : augmentation des maladies cardio-vasculaires, réduction de l’espérance de vie, sédentarisation, obésité particulièrement pour les nouvelles générations. Les enfants restent collés à leurs écrans, bougent de moins en moins et ne font plus de sport. L’écran est une addiction comme la drogue ou l’alcool. À Savio, nous luttons contre ce phénomène en préparant les enfants à l’appétence de la découverte par la lecture, en leur faisant rencontrer des « personnes différentes » des écrivains, des musiciens, des artistes…Nous essayons de leur montrer qu’il y a du sens à faire telle ou elle chose, que la vie a du sens et nous établissons des liens entre les différentes disciplines. Dans la mesure du possible, nous stimulons leurs aptitudes à créer. Il ne faut pas oublier que dans dix ans, il y aura de 67 à 70% de nouveaux métiers ! Comment ceux qui n’auront pas développé leur créativité pourront-ils y faire face ? Nous essayons d’anticiper le phénomène en développant la créativité des Saviotins à travers le dessin ou l’écriture. Quant aux enfants qui sont sans arrêt sur les écrans, il faut trouver le moyen de leur faire toucher la terre, de les ancrer dans le sol.

Les conséquences sur le comportement sont très inquiétantes, on enregistre beaucoup de suicides parmi les jeunes actuellement. L’agressivité est partout même chez les tout-petits ! La permissivité ambiante fait que dès que l’on dit non à un enfant ou un adolescent on obtient une réaction violente. Les dépressions de cette tranche d’âge, ainsi que les conduites à risques sont de plus en plus nombreuses et dangereuses comme si elles étaient nécessaires pour que paradoxalement le jeune se sente vivre. Il faut leur expliquer que l’on se construit sur des « non » et des échecs et que c’est ainsi que l’on avance.

À l’école, les conséquences sont nombreuses également : effondrement des notes, problèmes de concentration et de mémorisation, lacunes dans le vocabulaire, difficultés de compréhension et apparition d’éléments « parasites »

III – COMMENT VIVRE AVEC LES ÉCRANS

Il faut afficher le contrat d’engagement sur le frigidaire. Il doit correspondre à l’organisation de la famille et à son fonctionnement interne qui peut évoluer. Les enfants doivent être accompagnés dans leur utilisation des écrans. Il faut discuter avec eux de ce à quoi ils s’intéressent, des différents modes d’utilisation (car les jeunes cumulent aujourd’hui plusieurs écrans), mettre des filtres pour les protéger et toujours instituer des horaires et éteindre les écrans deux heures avant qu’ils n’aillent se coucher .