Billet d’humeur de Christophe Labrousse

Quel sentiment étrange, aujourd’hui, d’arriver à Savio et de ne trouver personne… Pas un cri, pas un bruit, rien… pas un enfant, pas un ado, pas de cuisinière, personne… Si ! Juste Michel, notre agent d’entretien, qui vérifie que tout est en ordre, que tout est réparé quand reviendront les enfants ! Mais… quand les retrouverons-nous dans notre chère école ?
Comme je le soupçonnais, le discours de notre Président de la République n’a fait que confirmer mes craintes : nous allons rester, chacune et chacun, à la maison et ce, pendant plusieurs semaines…
Nous allons devoir apprendre à vivre les uns avec les autres au quotidien, à se supporter, à inventer ou réinventer une nouvelle vie à la maison pour que tout le monde s’y sente bien, y trouve sa « juste » place afin d’éviter que tout n’explose… Nous allons vivre au ralenti pendant plusieurs semaines… Le chômage dit « partiel » va toucher bon nombre d’entre nous, mais en vain… Cette situation, il nous faut l’accepter avec dignité, humilité et résilience. De toute façon, nous ne pouvons rien faire d’autre !
Une fois que la situation aura retrouvé son calme d’ici à plusieurs semaines, que chacune et chacun reprendra le cours « normal » de sa vie, rien ne sera plus comme avant ; j’en suis certain. Une certaine part d’innocence nous aura quittés : nous ne pourrons plus dire que « cela n’arrive qu’aux autres ».
Les familles dans leur propre fonctionnement auront évolué ; à partir de là, c’est toute une société qui va changer. Tenons-nous prêt(e)s à accepter ces futurs changements dont nous serons les propres acteurs.
Alors, inventons une nouvelle forme de solidarité, d’ouverture vers nos proches et retrouvons l’essentiel… Vaste sujet qui peut laisser perplexe ou que certain(e)s ne pourront pas comprendre… Cependant, l’essentiel, nous l’avons au fond de nous-mêmes ; à nous de vouloir en trouver la clé !
Pour revenir à notre école, à 13h45 cet après-midi, Caroline arrive ; puis, c’est au tour de Manu suivi de Jordan, Catherine, Chantal et Isabelle. Nous nous sommes assis à bonne distance les uns des autres. Je les avais convoqués : « réunion de crise », comme le diraient certains. Oui, en effet, il y a des décisions à prendre : celles qui ne font pas plaisir, celles qui inquiètent, et ces décisions doivent être partagées ensemble. A nous de trouver la bonne clé, et nous la trouverons.
Mais, en ce qui concerne nos chers Saviotines et Saviotins, nous ne les laissons pas de côté puisqu’ils vont avoir de nos nouvelles très, très régulièrement : une feuille de route leur sera envoyée toutes les semaines – et ce dans toutes les disciplines – et ils pourront nous appeler tous les jours selon des plages-horaires que nous fixerons d’ici à mercredi. Tout s’organise !
La vie doit continuer son cours, en s’adaptant à tous ces aléas ; c’est ainsi que nous saurons vaincre cette épidémie de coronavirus. Seulement, écoutons les recommandations (nous ne sommes pas plus forts que les autres), suivons les consignes et avançons ! Céder à la psychose n’est pas dans mes habitudes. La situation est grave et préoccupante certes, mais montrons-nous dignes et forts face à cet événement auquel nous ne sommes jamais franchement préparés.
Le but de toute vie n’est-il pas d’avancer envers et contre tout, même si, parfois, le doute nous envahit ; même si, parfois, nous manquons de force ?
Se lamenter sur son sort ne sert à rien : alors lisez, observez la nature, appelez vos proches, jouez, organisez-vous une vie simple, mais essentielle. Surtout, restez dans la confiance car, comme le dit ce vieil adage : « Après la pluie, le beau temps » !!!

Christophe Labrousse

Directeur École-Collège Savio

79500 – Saint-Léger de la Martinière