Lettre de Caroline aux Saviotins

Je me réveille de bonne heure, motivée, comme chaque jour pour aller travailler. Mon travail… Que j’adore, qui m’épanouit… Je ne remercierai jamais assez Christophe et Isabelle de m’avoir fait confiance…

Et puis… Je me rappelle… Non… Pas de travail aujourd’hui… Enfin si… Mais pas face aux élèves…

Alors je grappille encore quelques instants de sommeil…

Puis je me lève. Même loin, ils ont besoin de moi… De nous…

J’arrive à savio… Quel silence ! Quel vide !!! C’est perturbant….

Et je me mets au travail…

Copies à corriger, cours à préparer, bulletins à taper… Cela remplit mes journées et me fait oublier que je n’ai personne en face de moi…

Je prépare mes cours, réfléchissant à ce qui pourra faire avancer mes élèves, leur plaire, les distraire aussi…

Christophe et Isabelle travaillent en même temps, chacun isolé de l’autre…

Jordan et Chantal envoient leurs exercices…

Manu et Amelie se sentent inutiles… Mais non ! Ils sont à nos côtés ! Ils nous aident à tenir le choc.

Nos échanges sont indispensables !

Que voudraient-ils faire de plus ? Ils nous soutiennent et c’est le plus important !!!

Je monte dans ma salle de cours chercher de quoi occuper mes élèves… Triste vision que cette salle vide, sans éclat… Qu’ils me manquent vos rires ! Vos réflexions ! Vos bavardages qui me faisaient râler !

Et votre présence… Toi Mathis, toujours le sourire, Woiyas, qui ne se tait jamais, Maël, le clown de la classe et Kinaye, qui a un avis sur tout.. Vous me manquez…

Je redescends avec mes cours… Je traverse l’école vide et silencieuse… Pas de  » carolaïne  » pour m’interpeller…Pas de  » tu peux lui dire d’arrêter de m’embêter  »… La classe d’Isabelle… Aussi vide… Pas de rire, pas de  » on se tait pendant cinq minutes minutes  »…

Je prépare mes cours et je pense à vous. Mes élèves et ceux que je n’ai pas en cours…

Je pense aux veillées aussi, quand les plus grands me faisaient certaines confidences et que les plus jeunes réclamaient un peu plus d’attention.

À ces moments où j’apprenais à vous connaître différemment..

Quand parfois avant le coucher, je m’installais sur le fauteuil dans la grande chambre pour vous montrer des dessins animés, « Bip Bip et le coyote », « La Panthère Rose » , « Bonne nuit les petits » et que je me retrouvais encerclée d’enfants de tout âge…

Chacun à votre manière vous me manquez…

Vivement que je vous retrouve !!!

Caroline Leduc

Enseignante à l’École-Collège Dominique Savio