Compte-rendu atelier « Coopérer au sein de la famille »

9e atelier le 23 mars 2019 du CERCLE DES PARENTS PAS CARRÉS

Thème : « Coopérer au sein de la famille  » – Intervenant : Émilie MICHEL

COMPTE RENDU

L’atelier du 23 mars 2019 a été consacré aux différentes manières de mettre nos enfants en action, aux conséquences de ces mises en action sur leur construction et leur personnalité à court et plus ou moins long termes.

Exemples de demandes que l’on est couramment amené à faire à ses enfants et qui sont représentatives de la vie d’une famille :

Aller prendre sa douche

Passer l’aspirateur

Ranger sa chambre

Faire ses devoirs

Mettre le couvert

Faire la vaisselle

Respecter les consignes et les règles de la famille

Comment,en tant que parent, procède-t-on concrètement à ces demandes ?

Lorsqu’il s’agit des devoirs, on peut être amené à utiliser ce qu’il faut bien caractériser de chantage : si tu ne fais pas ceci, tu n’auras pas cela.

Pour la douche, certains parents fixent des horaires et indiquent qu’il faut y aller lorsque c’est l’heure.

Concernant l’heure du coucher, moment toujours délicat, on répète : « va te coucher ».

À propos de ranger sa chambre, les parents, la plupart du temps, disent « Va ranger ta chambre » ou alors se livrent au chantage.

Respecter les consignes et règles de la famille : une bonne solution est de mettre en avant ses propres besoins et d’expliquer que, si l’on doit tout faire soi-même, on n’a plus le temps d’exister.

La question qui se pose : est-ce que ce que vous faites pour mettre vos enfants en action marche ?

Fixer des horaires pour la douche, par exemple : cela dépend des enfants, cela marche ou pas.

Le fait de fixer des horaires est une indication parentale. Si l’on dit : « va te doucher », cela devient un ordre. Si l’on en arrive à dire : « Si tu ne veux pas participer, je ne ferai pas à manger pour toi », c’est du chantage.

Tous les membres d’une famille vivent ensemble et devraient participer aux différentes tâches de la vie de famille. On vit ensemble, on fait les choses ensemble ; ce sont les valeurs de votre famille que vous voulez transmettre au quotidien.

On dit « on » et pas « tu ». « On » : vous avez édicté une règle qui est une valeur importante pour vous. Cela nourrit vos besoins, par exemple : il me faut du temps pour moi.

Mettre des règles en place, cela permet le moment venu de rappeler la règle.

Il faut comprendre pourquoi vous mettez des règles en place. Si vous le savez, cela vous aidera. Lorsque l’on édicte des règles, il faut les rappeler sans cesse et, souvent, nos enfants ont l’impression que nous les dévalorisons et pensent que nous ne leur faisons pas confiance. Il faut expliquer, pour que les enfants prennent conscience, que nous aussi, adultes, existons et, pour ce faire, il faut parfois activer la peur ou la culpabilité qu’ils peuvent ressentir.

Les parents constatent dans l’ensemble que, lorsqu’ils parlent de leurs besoins propres, la réponse de leurs enfants est plutôt positive.

Il faut faire en sorte que les enfants prennent conscience de ce que leurs actions peuvent générer comme conséquences, en faisant appel à leur sens de la responsabilité et, après, on en discute avec eux.

Lorsque vous donnez un ordre à votre enfant, il a le choix : soit il accepte, soit il n’accepte pas. S’il accepte, nous sommes dans le schéma de la soumission, s’il n’accepte pas, dans celui de la rébellion.

Avant l’adolescence, les parents sont les repères de l’enfant ; après ce sont les copains. À l’adolescence, à chaque fois qu’on leur dit de faire ceci ou cela, c’est comme si on leur disait non. Les adolescents sont en devenir ; il faut leur faire comprendre que la rébellion ne signifie pas qu’ils sont en train de s’affirmer ou de vivre pour eux. Cela concerne la relation à l’autre et, en fait, se retrouve à tout âge.

Donc soit vous donnez un ordre à votre enfant : « Tu fais ça », soit, deuxième solution, vous êtes dans la coopération. Vous vous mettez à côté de lui et vous lui donnez une information. Dans ce cas, c’est lui qui va devoir faire le chemin. C’est l’adulte qui pose le cadre autour de l’enfant ; nous sommes à l’intérieur du cadre et je fais coopérer mon enfant. Il a toute liberté de le faire à sa manière.

C’est le parent qui va poser le cadre et les règles. C’est un jeu de pouvoir : il y a un dominant et un dominé et il faut que l’enfant cède. C’est pour cette raison que c’est différent d’un enfant à un autre.

La règle du « Quand on …, on… » qui permet d’expliciter vos attentes devient très importante. Exemple :

« Quand on goûte, on débarrasse la table. »

« Quand on parle à quelqu’un, on lui parle avec respect »

L’objectif du parent est de mettre l’enfant dans son « je » : je suis cette personne. C’est l’enfant qui se connaît qui peut se mettre dans son je et si je me connais, je peux m’affirmer, mes faire respecter. C’est le début de tout.

La non affirmation de soi signifie pour l’enfant des angoisses, de l’anxiété et des phobies. La non affirmation de soi donnera des enfants avec une faible estime d’eux-mêmes. Les enfants qui ne sont pas dans leur je et qui n’assument pas leurs responsabilités peuvent se tourner vers le mensonge.

Dans le cadre de la rébellion, on a affaire à un excès d’affirmation de soi. C’est l’énorme JE qui prend toute la place et mène à l’irrespect et à la violence.

On ne vit pas deux fois dans sa vie une période comme celle de l’adolescence ; ils sont tous plutôt dans la rébellion. C’est le moment où l’élan de vie fait que les adolescents se détachent du porte-avion familial pour aller voir plus loin, mais reviennent. Le phénomène perdure jusqu’à la séparation finale.

Décrire la situation problématique pour attirer son attention

Par exemple, vos enfants ont goûté et tout est resté en plan : le pain est sorti, la confiture aussi, il y a des miettes sur la table. Vous allez capter l’attention de vos enfants en décrivant ce que vous voyez. On est dans la coopération et cela fonctionne bien avec les petits, plus difficilement avec les ados.

Le lendemain, à l’heure du goûter, lui demander ce qu’il décide :

– soit tu goûtes et tu ranges

– soit tu ne goûtes pas.

Il faut faire en sorte que les enfants/adolescents prennent part aux responsabilités et vous constaterez que, plus vous utiliserez la coopération, moins vous aurez de problèmes.

Si l’enfant vous répond mal et que l’on sort du stade de la coopération, il faut donner le choix :

– soit tu me parles avec respect

– soit tu décides que tu ne peux pas être dans la pièce de vie avec moi.

Mal parler à ses parents est une agression que l’on ne peut accepter, et il faut que l’enfant comprenne que l’on subit la conséquence de ses actes.

 Donner un renseignement

Il s’agit de donner une information que l’enfant n’a pas. Si, par exemple, il a laissé trainer la bouteille de lait sur la table, lui dire : « Le lait tourne hors du frigo. Alors, on ne peut plus le boire. » On déplace le problème, il ne s’agit plus d’un ordre, mais le résultat est le même : il faut ranger la bouteille.

Dire les choses en un seul mot

Plutôt que de faire un long discours. Par exemple, s’il a laissé ses chaussures dans l’entrée, lui dire simplement : « Chaussures ». Tout doit être dans le ton utilisé qui prend le dessus sur le discours.

Décrire ce que l’on ressent

Je trouve agréable quand je rentre de trouver une table bien propre.

Écrire une note

Toujours avec humour et surtout sans sarcasme. Nous ne résisterons pas à l’envie de vous donner l’exemple de la note d’Émilie Michel :

« J’aime vous voir manger

Vous rassasier de votre goûter !

Mai j’aime aussi

Quand tout est fini

Être propre débarrassée

Pour le prochain goûter ! »

Votre table

PROCHAIN ATELIER

Samedi 18 mai 2019

De 10h à 12h

Animé par Mme Émilie Michel

Sur le thème : « Restaurer l’estime de soi »

 

 

 

 

Un outil indispensable pour comprendre son adolescent

 Le Cercle des Parents pas Carrés édite depuis 2017 des lettres d’information destinées à aider les parents dans les problèmes qu’ils rencontrent dans l’éducation de leurs enfants. Ces documents conçus de façon claire et didactique donnent des clés permettant aux parents de faire face rapidement aux situations auxquelles ils sont confrontés. C’est là leur première qualité.

 Les sujets traités sont les problèmes récurrents que rencontrent les parents et si vous souhaitez que certains thèmes particuliers soient abordés à l’avenir, il vous suffit de le mentionner à Christophe Labrousse.

 

COUV SAVIO FICHE n°3 - COMPRENDRE SON ADO

LA TROISIÈME LETTRE D’INFORMATION

L’évolution de la société et l’apparition des nouvelles technologies font que la période de l’adolescence est plus difficile à traverser qu’auparavant. Les parents doivent absolument fixer un cadre sécurisant pour leurs enfants. Christophe Labrousse donne ici des clés pour le faire : comment fixer des limites, laisser prendre des risques calculés, etc. , tout est expliqué dans cette troisième lettre d’information.

MODALITÉS PRATIQUES

Ces lettres d’information sont disponibles sur un support papier au siège de l’association au prix de 3 € l’unité. Elles sont aussi disponibles en version numérique dont le prix à l’unité est de 2 €.

La marche à suivre est simple : vous choisissez les thèmes qui vous intéressent dans la liste ci-dessous et vous envoyez votre règlement par chèque libellé à l’ordre de l’association à :

Le Cercle des Enfants pas Carrés

15 la Bertramière

79500 Saint-Léger de la Martinière

en n’oubliant pas d’indiquer l’adresse e-mail à laquelle vous souhaitez recevoir ces lettres d’information.

Le prix est de 2€ par lettre d’information à multiplier par le nombre de lettres que vous désirez recevoir.

Pour un achat de 10 lettres, le tarif est de 15€ pour la version papier et de 10€ pour la version numérique.

Nous vous les adresserons par mail dès réception du règlement.

THEMES ACTUELLEMENT DISPONIBLES : 

1 –   Puissance et dangers du virtuel

2 –   Les « dys » ou 2 fois 5

3 –   Comprendre son adolescent

4 –   Les modèles familiaux

5 – Donner du sens

6 – La phobie scolaire

7 – Le profil de l’adolescent

8 – Nos enfants se disputent sans arrêt

9 – Le rôle précurseur des grands-parents

10 – Peut-on tout dire à son enfant ?

11 – Redonner confiance à son adolescent

12 – Les ruptures de la vie

 

18 février 2019

 

 

 

 

Comment accueillir les émotions de l’enfant ?

8e ATELIER DU CERCLE DES PARENTS PAS CARRÉS – 19 janvier 2019

« Comment accueillir les émotions de l’enfant ? « – Intervenant : Émilie MICHEL

Émilie MICHEL, psychopédagogue, coach parentale dont le cabinet est à Niort, accompagne les parents sur tout ce qui concerne la parentalité. Elle animait la conférence-débat du 19 janvier.

COMPTE RENDU

I – Votre enfant ressent une émotion, il a besoin de l’exprimer.

Emilie MICHEL : Nous sommes là pour parler des réactions émotionnelles des enfants. Je précise émotionnelle car il y a des réactions qui ne sont pas émotionnelles.

Qu’est-ce qu’une réaction émotionnelle ?

Un enfant capte la situation environnante par des capteurs sensoriels. Les 5 sens sont les capteurs sensoriels qui vont prendre connaissance de la situation extérieure. Entendre, voir, sentir des choses : cela passe ensuite par la moelle épinière et arrive au cerveau. Le cerveau fait réagir la personne. Le point de départ est une situation qui joue le rôle de déclencheur

Premier exemple : un enfant joue aux legos et n’arrive pas à imbriquer ses pièces les unes dans les autres. Il rouspète, râle de plus en plus fort.

Quelle est la situation de départ ? C’est un échec et la réaction est de la colère. C’est l’émotion de la colère qui est le moyen d’expression.

Deuxième exemple : au moment du coucher, votre enfant repousse l’heure d’aller au lit. Vous sentez que cela ne va pas. Il finit par vous dire, « je n’ai pas envie d’aller à l’école demain, j’ai un contrôle. »

Quelle est la situation de départ ? C’est un enfant qui doit faire une évaluation le lendemain. La réaction est du stress face à cet événement et de la peur. La conséquence : il ne veut pas aller se coucher ; c’est un moyen d’expression.

Troisième exemple : vous vous promenez à l’extérieur avec votre enfant. Il tombe, s’égratigne un peu et pleure.

La chute est la situation de départ. La réaction est la douleur.

Dans ces exemples, où trouve-t-on une réaction émotionnelle ? Le deuxième exemple montre une réaction émotionnelle avec la peur. La douleur est une réaction du corps, mais c’est une sensation, pas une émotion.

Comment faire face à ces trois situations ?

N°1 :

Faire diversion (pourquoi tu réagis comme cela ? Relativiser).

Il est normal de ne pas y arriver du premier coup.

On apprend de ses erreurs.

C’est pas grave, je vais t’aider.

N°2

Tu feras du mieux que tu peux.

L’évaluation sert à savoir où tu en es.

Pourquoi cela te fait-il peur ?

Tu as le droit à l’erreur.

N°3

La prévention : « attention tu vas te faire mal » et non « ne te fais pas mal ».

Dans ce cas particulier, il faut faire attention aux images mentales que l’on génère. L’enfant n’entend pas la négation jusqu’à l’âge de trois/quatre ans. Par exemple à l’école il faut dire : « Dans les couloirs on marche » et non « on ne court pas dans les couloirs ».

Pour une meilleure compréhension, Émilie MICHEL fait jouer les différentes situations aux participants de l’atelier.

II – Son émotion exprimée, l’enfant peut raisonner et savoir de quoi il a besoin.

Le cerveau est composé de trois cerveaux. En partant du bas :

1 – le cerveau reptilien (qui est le cerveau archaïque en charge de la survie)

2 – le cerveau limbique (émotion, apprentissages)

3 – le néocortex (logique raisonnement)

L’information arrive par le cerveau archaïque et continue vers le cerveau limbique.

Lors d’une discussion, l’enfant est dans le cerveau limbique, l’adulte dans le néocortex. Il faut faire grimper l’enfant dans le néocortex pour qu’il y trouve la solution. Les chemins neuronaux entre le limbique et le néocortex ne se construisent qu’à partir de 4 ans. Jusque-là l’enfant ne peut grimper seul dans le néocortex ; il faut l’aider. Plus on permet à l’enfant de passer du limbique au néocortex, plus l’enfant va se l’approprier. C’est fondamental. Moins vous parlerez, plus les enfants parleront. Ce n’est pas votre néocortex qui doit proposer une solution (Si c’était moi …), mais le sien.

Les connections neuronales ne sont terminées que vers 25/30 ans.

Il va falloir que l’enfant soit reconnu dans ce qu’il sent c’est ce qui va lui permettre de passer au néocortex. Un stimulus donné va libérer les hormones et seulement après arrivera la réaction qui, elle-même arrivera après les sensations. Le premier travail du parent est de faire un scanner intérieur de ce qui se passe chez l’enfant. Il faut obtenir des informations de l’enfant pour mieux comprendre ce qui se passe en lui disant par exemple : « J’ai l’impression que, etc… » pour obtenir une réponse.

L’enfant dispose de trois outils pour s’exprimer :

1 – le langage. L’enfant va s’exprimer avec des mots.

2 – des petits mots, des interjections ponctuant ce qu’il dit (ok, oui, etc.) vont l’aider à accoucher de son émotion.

3 – enfin on va lui faire nommer son émotion pour lui faire trouver la solution.

L’important est de savoir ce qu’il ressent sans lui poser de questions.

III – Limite de l’accueil des émotions : la violence

Il faut stopper la violence ; dire par exemple :

« Parler de cette manière, c’est de la violence, stop »

Lui faire exprimer sa colère : « Je vois que tu es très en colère »

En exprimant ses goûts, ses envies, ses sensations, ses émotions, l’enfant apprend à se connaître et construit son identité.

PROCHAIN ATELIER

Samedi 23 mars 2019

De 10 h à 12 h

Thème : « Coopérer au sein de la famille »

Intervenant : Mme Émilie MICHEL

1er mars 2019

 

 

 

 

 

Fête du Têt à Savio

La Fête du Têt ou fête du premier jour de l’année est un événement exceptionnel pendant  lequel l’homme et les esprits se rencontrent spirituellement. C’est aussi l’occasion d’une importante réunion familiale.

À Savio,  notre chef Amélie a décidé pour célébrer le Nouvel An chinois ce mardi 5 février d’offrir aux Saviotins un menu chinois. Après une délicieuse soupe chinoise aux champignons noirs et petits légumes, les élèves dégusteront un plat de nouilles chinoises avec des nems au poulet. En dessert, Amélie proposera des litchis au goût raffiné accompagnés de nougat chinois et d’un fromage blanc pour respecter l’apport laitier quotidien !

Les élèves n’étant pas présents pour la Chandeleur, Amélie célèbrera cette ancienne fête païenne devenue religieuse mercredi 6 février avec des crêpes au sucre et d’autres au nutella. Avis aux amateurs !

CDS News – 4 février 2019

 

23 mars : prochain atelier du Cercle des Parents pas Carrés

Après avoir animé un premier atelier en janvier pour l’école des parents « Le Cercle des Parents pas Carrés », Mme Emilie MICHEL dirigera le prochain atelier qui se tiendra le

SAMEDI 23 MARS 2019

De 10 h à 12 h

Madame Émilie MICHEL, psychopédagogue et coach parentale animera cet atelier dont le thème est :

« Coopérer au sein de la famille »

  • Aborder les différentes modes de relation au sein de la famille
  • En comprendre les conséquences immédiates sur la construction de l’enfant ainsi que l’impact sur sa vie d’adulte
  • Comprendre les ingrédients indispensables à la coopération
  • Maîtriser des outils pour sa mise en place dans le quotidien de la famille

(Mme Émilie Michel : http://www.enfants-parents-epanouis.fr)

MODALITÉS PRATIQUES 

Les ateliers du « Cercle des Parents pas Carrés » sont ouvertes à tous, adhérents comme non adhérents à l’association.

Tarif : pour les adhérents : 15 € – pour les non adhérents : 30€.

S’inscrire au 06 31 99 30 51 ou par mail : chrislabrousse@wanadoo.fr

Les non inscrits seront acceptés dans la mesure des places disponibles.

Les ateliers ont lieu le samedi, de 10 h à 12 h, au 15 de la Bertramière à Saint-Léger de la Martinière (79500).

1er mars 2019

 

Permanence à Melle : ATTENTION CHANGEMENT D’ADRESSE

Chaque semaine depuis le mois de septembre 2018, Christophe Labrousse, éducateur, directeur-fondateur de l’École-Collège Savio  accueillant à Saint-Léger de la Martinière des enfants en difficulté et créateur de l’école des parents le « Cercle des Parents pas Carrés », reçoit sur rendez-vous les parents, beaux-parents et grands-parents rencontrant des difficultés avec leurs enfants et/ou petits-enfants. Ces permanences sont un lieu d’écoute et d’échange permettant de venir en aide aux familles et de désamorcer des situations conflictuelles. Par ailleurs, en cas de pathologie avérée, Christophe Labrousse réorientera vers des professionnels compétents.

Les permanences qui se tenaient à la mairie de Melle

se tiennent depuis le 1er février 2019 :

Place de Strasbourg

Bâtiment des Remparts (2e étage)

MELLE

Tous les vendredis de 14h à 16h

SUR RENDEZ-VOUS (06 31 99 30 51)

Contact : 06 31 99 30 51 – chrislabrousse@wanadoo.fr

 

 

Un formidable outil pour faire face à des situations compliquées

Le Cercle des Parents pas Carrés édite depuis 2017 des lettres d’information destinées à aider les parents dans les problèmes qu’ils rencontrent dans l’éducation de leurs enfants. Ces documents conçus de façon claire et didactique donnent des clés permettant aux parents de faire face rapidement aux situations auxquelles ils sont confrontés. C’est là leur première qualité.

Les sujets traités sont les problèmes récurrents que rencontrent les parents et si vous souhaitez que certains thèmes particuliers soient abordés à l’avenir, il vous suffit de le mentionner à Christophe Labrousse.

 

COUV SAVIO FICHE n°2 - LES DYS OU 2 FOIS 5

La deuxième lettre d’information est consacrée aux « dys », ces troubles cognitifs spécifiques et troubles d’apprentissage dont l’importante augmentation ces dix dernières années inquiète la Fédération Française des Dys (FFDD). Ces troubles que détaille la lettre d’information sont durables, mais leur prise en charge le plus tôt possible permet une amélioration de la fonction déficiente et une scolarisation presque normale. Christophe Labrousse explique ici de quoi il retourne et donne ses clés pour que l’enfant ne souffre pas et mène une scolarité quasi normale.

Si vous êtes intéressés par le sujet et que vous souhaitez vous procurer cette lettre d’information ou plusieurs, merci de vous reporter aux modalités pratiques ci-dessous.

MODALITÉS PRATIQUES

Ces lettres d’information sont disponibles sur un support papier au siège de l’association au prix de 3 € l’unité. Elles sont aussi disponibles en version numérique dont le prix à l’unité est de 2 €.

La marche à suivre est simple : vous choisissez les thèmes qui vous intéressent dans la liste ci-dessous et vous envoyez votre règlement par chèque libellé à l’ordre de l’association à :

Le Cercle des Enfants pas Carrés

15 la Bertramière

79500 Saint-Léger de la Martinière

en n’oubliant pas d’indiquer l’adresse e-mail à laquelle vous souhaitez recevoir ces lettres d’information.

Le prix est de 2€ par lettre d’information à multiplier par le nombre de lettres que vous désirez recevoir.

Pour un achat de 10 lettres, le tarif est de 15€ pour la version papier et de 10€ pour la version numérique.

Nous vous les adresserons par mail dès réception du règlement.

THEMES ACTUELLEMENT DISPONIBLES : 

1 –   Puissance et dangers du virtuel

2 –   Les « dys » ou 2 fois 5

3 –   Comprendre son adolescent

4 –   Les modèles familiaux

5 – Donner du sens

6 – La phobie scolaire

7 – Le profil de l’adolescent

8 – Nos enfants se disputent sans arrêt

9 – Le rôle précurseur des grands-parents

10 – Peut-on tout dire à son enfant ?

11 – Redonner confiance à son adolescent

12 – Les ruptures de la vie

 

 

 

 

 

Un outil pratique et fiable

Le Cercle des Parents pas Carrés édite depuis 2017 des lettres d’information destinées à aider les parents dans les problèmes qu’ils rencontrent dans l’éducation de leurs enfants. Ces documents conçus de façon claire et didactique donnent des clés permettant aux parents de faire face rapidement aux situations auxquelles ils sont confrontés. C’est là leur première qualité.

Les sujets traités sont les problèmes récurrents que rencontrent les parents et si vous souhaitez que certains thèmes particuliers soient abordés à l’avenir, il vous suffit de le mentionner à Christophe Labrousse.

COUV SAVIO FICHE n°1 - PUISSANCE ET DANGERS DU VIRTUEL

La première lettre d’information (toujours disponible) traite de la « Puissance et dangers du virtuel », un thème qui intéresse tous les parents tant les écrans participent à la vie de nos enfants dans la société actuelle. Il incombe aux parents de protéger leurs enfants, de leur faire prendre conscience de la dangerosité du virtuel mais, bien souvent, ils sont désarmés ne sachant par où aborder le problème.

Cette première lettre aborde les effets négatifs et les points positifs de ces nouvelles technologies que les enfants actuels auront besoin de maîtriser pour les métiers de demain. Elle explique aux parents quelles sont leurs responsabilités et détaille les dispositions à prendre pour sensibiliser les enfants au danger.

Si vous êtes intéressés par le sujet et que vous souhaitez vous procurer cette lettre d’information ou plusieurs, merci de vous reporter aux modalités pratiques ci-dessous.

MODALITÉS PRATIQUES

Ces lettres d’information sont disponibles sur un support papier au siège de l’association au prix de 3 € l’unité. Elles sont aussi disponibles en version numérique dont le prix à l’unité est de 2 €.

La marche à suivre est simple : vous choisissez les thèmes qui vous intéressent dans la liste ci-dessous et vous envoyez votre règlement par chèque libellé à l’ordre de l’association à :

Le Cercle des Enfants pas Carrés

15 la Bertramière

79500 Saint-Léger de la Martinière

en n’oubliant pas d’indiquer l’adresse e-mail à laquelle vous souhaitez recevoir ces lettres d’information.

Le prix est de 2€ par lettre d’information à multiplier par le nombre de lettres que vous désirez recevoir.

Pour un achat de 10 lettres, le tarif est de 15€ pour la version papier et de 10€ pour la version numérique.

Nous vous les adresserons par mail dès réception du règlement.

THEMES ACTUELLEMENT DISPONIBLES : 

1 –   Puissance et dangers du virtuel

2 –   Les « dys » ou 2 fois 5

3 –   Comprendre son adolescent

4 –   Les modèles familiaux

5 – Donner du sens

6 – La phobie scolaire

7 – Le profil de l’adolescent

8 – Nos enfants se disputent sans arrêt

9 – Le rôle précurseur des grands-parents

10 – Peut-on tout dire à son enfant ?

11 – Redonner confiance à son adolescent

12 – Les ruptures de la vie

 

 

 

 

 

Ne ratez pas le 19 janvier l’atelier du Cercle des Parents pas Carrés

Le prochain atelier de l’école des parents « Le Cercle des Parents pas Carrés » aura lieu :

SAMEDI 19 JANVIER 2019

De 10 h à 12 h 

Madame Émilie MICHEL

psychopédagogue et coach parentale animera cet atelier dont le thème est :

« Accueillir les émotions de l’enfant »

  • Comment comprendre comment la construction de l’identité de l’enfant et son développement harmonieux
  • Identifier les réactions des adultes qui freinent cette construction et celles qui l’encouragent
  • Maîtriser des outils simples qui accompagnent la construction de cette identité.

Mme Émilie Michel : http://www.enfants-parents-epanouis.fr

MODALITÉS PRATIQUES

Les ateliers du « Cercle des Parents pas Carrés » sont ouvertes à tous, adhérents comme non adhérents à l’association.

Tarif : pour les adhérents : 15 € – pour les non adhérents : 30€.

S’inscrire au 06 31 99 30 51 ou par mail : ecolesavio@gmail.com. Les non inscrits seront acceptés dans la mesure des places disponibles.

Les ateliers ont lieu le samedi, de 10 h à 12 h, au 15 de la Bertramière à Saint-Léger de la Martinière (79500).