À la Une

Première permanence du Cercle des Parents pas Carrés à Melle

Nous avons le plaisir de vous annoncer qu’à compter du

Vendredi 21 septembre 2018 

L’école des parents « Le Cercle des Parents pas Carrés

Ouvrira sa première PERMANENCE HEBDOMADAIRE  à

Mairie de MELLE

Salle Waldeck Rousseau

Tous les vendredis de 14h à 16h

Christophe Labrousse, éducateur, directeur-fondateur de l’École-Collège Savio  accueillant à Saint-Léger de la Martinière des enfants en difficulté et créateur de l’école des parents le « Cercle des Parents pas Carrés », recevra les parents, beaux-parents et grands-parents rencontrant des difficultés avec leurs enfants et/ou petits-enfants. Ces permanences sont un lieu d’écoute et d’échange devant permettre de venir en aide aux familles et de désamorcer des situations conflictuelles. Par ailleurs, en cas de pathologie avérée, Christophe Labrousse réorientera vers des professionnels compétents.

Christophe Labrousse se tient à votre disposition pour en parler plus longuement avec vous si vous le souhaitez.

Contact :

Tél : 05 49 27 14 74 – 06 31 99 30 51

e-mail : chrislabrousse@wanadoo.fr

15, la Bertramière – 79500 – Saint-Léger de la Martinière

23 JUIN : DÉDICACE DU LIVRE DE CHRISTOPHE LABROUSSE

Christophe Labrousse dédicacera la nouvelle édition de son livre « Donner du sens à l’école d’aujourd’hui » le 23 juin à 13h30 et à 15h30, lors de la fête de fin d’année de l’École-Collège Savio qui se déroulera dans la salle des fêtes de Saint-Léger de la Martinière.

Cet ouvrage qui aborde les points fondamentaux de l’approche pédagogique propre à Christophe Labrousse permettra aux parents, ainsi qu’aux enseignants, de mieux comprendre les enfants et de pouvoir les aider à dépasser les échecs scolaires grâce à des méthodes concrètes.

Le livre, paru aux Éditions du Panthéon, peut être commandé dans toutes les librairies ou acheté sur place le 23 juin.

CDS News – 17 mai 2019

LIVRE3936•Labrousse-133x203x9,12-168p-HACHETTE-V1-PRINT.indd

Musica Africa à Savio

Les grandes manœuvres pour la préparation de la fête de fin d’année ont commencé et les rythmes africains retentissent désormais dans la salle des fêtes de Saint-Léger de la Martinière !

IMG_0499

La première répétition pour la mise en place de la chorégraphie du spectacle de fin d’année s’est déroulée mercredi 15 mai. Tout le monde était sur le pont : les Saviotins accompagnés de leur directeur, d’Isabelle et de Jordan mais aussi Brunah-Fabiola Bouisson, présidente de Tsiky Solidarité à l’origine du spectacle et les membres du groupe Taswooko.

Taswooko est une association à caractère culturel qui s’attache à faire connaître la danse et la musique africaine et donne régulièrement des cours dans le département des Deux-Sèvres. Oumarou Ziba, son président, danseur et chorégraphe, David et Aziz, ses musiciens étaient présents afin de faire travailler les élèves. Oumarou a animé la matinée avec patience et compétence, initiant les élèves aux mouvements, puis les faisant répéter par petits groupes et enfin avec des répétitions d’ensemble scandées par les rythmes du djembé.

L’étonnant est de voir avec quelle maestria Oumarou obtient rapidement des résultats. De mouvements plutôt désordonnés, on est passé en une heure et demie à une prestation d’ensemble (35 élèves tout de même !) cohérente et harmonieuse.

Encore deux répétitions avant la fête et les Saviotins seront fin prêts pour vous présenter un spectacle dynamique et joyeux.

CDS News – 16 mai 2019

Journée du 8 mai à Savio

La traditionnelle journée des portes ouvertes s’est déroulée mardi 8 mai dans le professionnalisme et la bonne humeur. Les parents qui nous ont rendu visite ont pu découvrir nos locaux, s’informer des conditions de vie dans l’établissement et rencontrer le directeur et son équipe pédagogique.

Six élèves : Anna, Zina, Néo, Mathias, Ewan et Paul (Fournet puisque nous avons deux Paul !) étaient chargés de faire découvrir aux visiteurs les locaux et de leur expliquer comment se passe la vie quotidienne à Savio : l’internat, comment se répartissent les tâches, les responsabilités de chacun, les sanitaires, le déroulement des soirées sous la houlette d’Emmanuel Schoch dit Manu. Côté restauration, Amélie est aux commandes et outre ses repas adaptés à la santé et aux goûts de nos élèves, ses ateliers saveurs, tapas ou wraps sont très appréciés. Originalité : à Savio, comme dans les écoles japonaises, on transforme les salles de cours en salle à manger et chacun ici également a des responsabilités. L’utilisation des portables est réglementée mais tout est prévu pour que les parents puissent contacter leurs enfants ! Paul Fournier à qui on a demandé s’il fallait un temps d’adaptation lorsque l’on arrive à Savio répond affirmativement. Selon lui, une semaine est nécessaire après laquelle on est totalement intégré.

Qui mieux que des Saviotins pouvaient expliquer le fonctionnement de notre école ? Les échanges avec les parents leur ont permis de découvrir les préoccupations des parents et d’expliquer leur propre parcours.

Concernant la pédagogie, les parents étaient ensuite reçus en entretiens particuliers par les différents membres du corps enseignant : Isabelle Labrousse, Chantal Laidet, Jordan Veillon, Caroline Leduc et bien sûr notre directeur Christophe Labrousse.

Une vingtaine de parents nous ont rendu visite ce mardi 8 mai et ce fut l’occasion de riches échanges pour tous.

 

CDS News – 13 mai 2019

La lettre d’Antonio Carmona

Voici la lettre trimestrielle d’Antonio Carmona qui avait rendu visite aux élèves en décembre 2018. Parrain des Saviotins depuis cette date, il s’investit dans son rôle malgré la distance et suit avec attention tout ce qui se passe à Savio. Il en profite également pour raconter à ses filleuls les événements agréables et parfois moins agréables qui émaillent une vie d’auteur !

Bonjour à vous tous,

J’ai bien reçu votre lettre, merci beaucoup ! j’aI vu sur le site Internet de l’école que Michael Paul Zemour était venu vous rendre visite. Et je suis content que sa présence vous ait autant enchanté !

De mon coté j’écris, j’écris toujours… Au mois d’avril j’ai dû écrire un court texte pour trois élèves-clowns de l’école du Samovar. Le texte a été lu dans pas mal de collège/médiathèque durant deux semaines et a beaucoup plu. C’est une petite bêtise sur une femme harcelée au travail et qui n’arrive pas à joindre les deux bouts. C’est (normalement) plutôt drôle.

Je vous l’envoie et vous pourrez le lire en classe ! (je l’ai écrit pour  trois filles mais – à part la mère – deux personnages peuvent être joués par des garçons (la fille devient « le fils » et la narratrice : « le narrateur).

Je vous laisse vous amuser avec !

J’aurais aimé être présent pour la fête de votre école, malheureusement je serais à Annecy à ce moment-là avec « Les promesses Patraques »… j’en suis désolé. Mais n’hésitez pas à me dire ce que vous concocterez pour cette journée (des petits fours ? des jeux ? un spectacle ?) je serai ravi de savoir !

Je ne sais pas vous mais moi, je me languis des grandes vacances ! Qui est comme moi ? Surtout que cette année je repars au Japon en août !! Pour trois semaines ! Hâte d’y être et de manger des crêpes au cheesecakes.

Je vous embrasse et au plaisir de vous lire !

Antonio Carmona

PS : Votre directeur vous l’a peut être dit : Le cœur a ses saisons sort le 16 mai en librairie !

CDS News – 7 mai 2019

 

 

 

Un SAVIO D’HONNEUR octroyé par les élèves

Depuis 2017, l’École-Collège Savio attribue un SAVIO D’HONNEUR à celles et ceux qui ont écrit un beau texte porteur de sens et de valeurs ou réalisé une action désintéressée ou à un « homme de bien » disait Marc Aurèle, dont les actes et les paroles soient exemplaires.

Les Saviotins ont décidé à l’unanimité que le 3e et dernier SAVIO D’HONNEUR de l’année scolaire 2018-2019 serait attribué à Marie Vullo, responsable régionale ressources théâtre de l’Union Régionale des Foyers Ruraux du Poitou-Charentes L’octroi de ce SAVIO D’HONNEUR est l’occasion de discuter avec les Saviotins des motivations de cette attribution et ce sont eux qui ont suggéré à Christophe Labrousse, le directeur de l’école, d’attribuer cette reconnaissance à celle qui pour eux est l’incarnation même du théâtre et responsable de toutes leurs rencontres littéraires avec de merveilleux auteurs. Attachée aux valeurs que défend Savio, elle est touchée par le parcours des élèves et s’intéresse à leurs progrès. Dotée d’une capacité de grande écoute, elle comprend très vite le fonctionnement de chacun d’entre eux et sait faire en sorte qu’ils tirent le meilleur parti d’eux-mêmes. Toujours dans la bienveillance, elle conduit les enfants à se dépasser lorsqu’elle leur enseigne les techniques théâtrales et si les Saviotins l’ont choisie pour ce dernier trimestre c’est parce qu’ils se sentent en confiance avec elle. Ainsi, après Brunah-Fabiola Buisson, présidente de l’association Tsiky Solidarité de Niort et Michael Paul Zemour, Marie Vullo vient rejoindre les récompensés de cette année scolaire.

CDS News – 2019

 

 

 

 

 

Nouvelle formation pour les enseignants de Savio

L’équipe d’enseignants de l’École-Collège Savio ne cesse de se former pour répondre aux différentes problématiques des enfants qui lui sont confiés. La dernière formation date du 12 avril et concerne l’autonomie de l’enfant.

Dispensée par Emilie Michel, psychopédagogue et coach parentale, cette formation au-delà de l’aspect théorique a donné lieu à des jeux de rôles auxquels les éducateurs se sont prêtés avec conviction. Au cours de cette séance, Émilie Michel a communiqué aux éducateurs une liste de compétences et qualités à faire émerger chez les enfants. Cette liste représente la feuille de route de la rentrée 2019 pour les éducateurs avec un premier contrôle des résultats obtenus aux vacances de la Toussaint. Le principe de la méthode est de travailler quotidiennement sur ces compétences.

Parmi les notions essentielles que comporte cette liste :

La créativité, indispensable au développement de l’enfant et qui favorise la concertation, la pensée critique, l’ouverture au monde et renforce l’estime de soi. Elle lui permet en plus d’affronter les problèmes et de trouver des solutions.

La réflexion, l’objectif n’étant pas de formater les enfants mais de les amener à réfléchir, à penser par eux-mêmes et donc à pouvoir opérer des choix.

Le respect de soi, sans lequel le respect de l’autre n’est pas possible.

L’indépendance, l’autonomie pour lesquelles l’accompagnement des parents est indispensable. C’est en laissant leurs enfants prendre des risques calculés et faire des erreurs qu’ils pourront partir à la conquête de leur autonomie et deviendront des adultes libres.

La confiance en soi qui se construit dans le lien affectif avec le parent. Les parents et les enseignants doivent souligner les actions positives de l’enfant et l’amener à s’accepter tel qu’il est car il ne pourra rien entreprendre sans confiance en lui.

La sociabilité. Nous sommes condamnés à vivre en société et qui plus est dans une société en pleine mutation. L’enfant doit apprendre qu’il y a celui qui accomplit l’action et qu’à l’autre bout, il y a celui qui est l’objet de cette action. Les relations entre individus dans une même société doivent se concevoir dans une perspective d’échange et de respect excluant la domination, l’agressivité ou la soumission. Pour qu’elles soient équilibrées, il faut y préparer l’enfant dès son plus jeune âge. Rien ne peut se faire sans l’autre.

Ces notions – il y en a une quarantaine sur la liste d’Émilie Michel -, viennent compléter les objectifs de la Pédagogie Saviotine, à savoir la réalisation de l’individu, la revalorisation de l’enfant, donner du sens et du lien aux apprentissages et redonner le sens de l’effort à des élèves décrocheurs.

Depuis plus de vingt ans, l’École-Collège Savio travaille avec succès à l’amélioration de sa pédagogie et du contenu de ses cours tout en tenant compte de l’évolution très rapide de la société afin de mieux répondre au profil de chaque enfant fréquentant l’établissement. La formation animée par Émilie Michel est une étape de plus dans cette direction ainsi que le travail que le corps enseignant saviotin effectuera sur les intelligences multiples en août.

CDS News – 4 mai 2019

 

 

 

Festisol 2019

Pour Festisol 2019, Tsiky Solidarité est porteuse avec les élèves de l’École-Collège Savio du projet de comédie musicale « Blablascar School » qui sera jouée durant le Festisol le 20 novembre 2019 à la salle Socio-Éducatif de Mazières en Gâtine et le 23 novembre à Melle.

L’objectif de ce projet est l’éveil des jeunes à la problématique du développement durable en s’appuyant sur l’objectif de développement durable N°11 : villes et communautés durables. La moitié de l’humanité vit aujourd’hui dans des villes et le nombre continuera d’augmenter. Une grande partie de la population mondiale vivant à l’avenir en zone urbaine, des solutions doivent être trouvées à certains des principaux défis de l’être humain.   Les inégalités font partie des problèmes les plus pressants que rencontrent ces villes : 828 millions de personnes vivent dans des taudis. La consommation énergétique et la pollution urbaine sont inquiétantes. Les villes n’occupent que 3% de la masse continentale mondiale, mais elles consomment de 60% à 80% de l’énergie mondiale et produisent 75% des émissions de carbone.

Que nous le voulions ou non, nous serons tous à terme concernés par ces problèmes. En choisissant d’agir durablement, nous décidons de construire des villes où tous les citoyens jouissent d’une qualité de vie décente et nous instaurons une prospérité partagée et une stabilité sociale sans porter préjudice à l’environnement.

Tsiky Solidarité souhaite, à travers le projet Blablascar School :

  • apporter une meilleure compréhension du thème villes et communautés durables aux élèves
  • valoriser les jeunes en les rendant acteurs d’un projet d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité ayant une forte dimension positive par son impact local et sur le plan social
  • sensibiliser les jeunes aux problématiques du développement durable
  • promouvoir le Festival des Solidarités en zone rurale par l’animation.

Le caractère innovant de cette édition consistera à multiplier les ateliers et soirées permettant d’impliquer ainsi un maximum de jeunes, mais d’être également présent au cœur des quartiers ainsi qu’auprès de la ruralité (Mazières en Gâtine, Saint-Léger de la Martinière, Melle).

Représentations

En plus des deux représentations des 20 et 23 novembre qui se dérouleront pendant le Festisol, une représentation aura lieu à Niort le 13 novembre, une autre à Bordeaux le 28 mars 2020 dans le cadre de la Semaine des Afriques et trois sont prévues en Nouvelle Aquitaine (Poitiers, La Rochelle, Angoulême).

CDS News

 

Compte-rendu atelier « Coopérer au sein de la famille »

9e atelier le 23 mars 2019 du CERCLE DES PARENTS PAS CARRÉS

Thème : « Coopérer au sein de la famille  » – Intervenant : Émilie MICHEL

COMPTE RENDU

L’atelier du 23 mars 2019 a été consacré aux différentes manières de mettre nos enfants en action, aux conséquences de ces mises en action sur leur construction et leur personnalité à court et plus ou moins long termes.

Exemples de demandes que l’on est couramment amené à faire à ses enfants et qui sont représentatives de la vie d’une famille :

Aller prendre sa douche

Passer l’aspirateur

Ranger sa chambre

Faire ses devoirs

Mettre le couvert

Faire la vaisselle

Respecter les consignes et les règles de la famille

Comment,en tant que parent, procède-t-on concrètement à ces demandes ?

Lorsqu’il s’agit des devoirs, on peut être amené à utiliser ce qu’il faut bien caractériser de chantage : si tu ne fais pas ceci, tu n’auras pas cela.

Pour la douche, certains parents fixent des horaires et indiquent qu’il faut y aller lorsque c’est l’heure.

Concernant l’heure du coucher, moment toujours délicat, on répète : « va te coucher ».

À propos de ranger sa chambre, les parents, la plupart du temps, disent « Va ranger ta chambre » ou alors se livrent au chantage.

Respecter les consignes et règles de la famille : une bonne solution est de mettre en avant ses propres besoins et d’expliquer que, si l’on doit tout faire soi-même, on n’a plus le temps d’exister.

La question qui se pose : est-ce que ce que vous faites pour mettre vos enfants en action marche ?

Fixer des horaires pour la douche, par exemple : cela dépend des enfants, cela marche ou pas.

Le fait de fixer des horaires est une indication parentale. Si l’on dit : « va te doucher », cela devient un ordre. Si l’on en arrive à dire : « Si tu ne veux pas participer, je ne ferai pas à manger pour toi », c’est du chantage.

Tous les membres d’une famille vivent ensemble et devraient participer aux différentes tâches de la vie de famille. On vit ensemble, on fait les choses ensemble ; ce sont les valeurs de votre famille que vous voulez transmettre au quotidien.

On dit « on » et pas « tu ». « On » : vous avez édicté une règle qui est une valeur importante pour vous. Cela nourrit vos besoins, par exemple : il me faut du temps pour moi.

Mettre des règles en place, cela permet le moment venu de rappeler la règle.

Il faut comprendre pourquoi vous mettez des règles en place. Si vous le savez, cela vous aidera. Lorsque l’on édicte des règles, il faut les rappeler sans cesse et, souvent, nos enfants ont l’impression que nous les dévalorisons et pensent que nous ne leur faisons pas confiance. Il faut expliquer, pour que les enfants prennent conscience, que nous aussi, adultes, existons et, pour ce faire, il faut parfois activer la peur ou la culpabilité qu’ils peuvent ressentir.

Les parents constatent dans l’ensemble que, lorsqu’ils parlent de leurs besoins propres, la réponse de leurs enfants est plutôt positive.

Il faut faire en sorte que les enfants prennent conscience de ce que leurs actions peuvent générer comme conséquences, en faisant appel à leur sens de la responsabilité et, après, on en discute avec eux.

Lorsque vous donnez un ordre à votre enfant, il a le choix : soit il accepte, soit il n’accepte pas. S’il accepte, nous sommes dans le schéma de la soumission, s’il n’accepte pas, dans celui de la rébellion.

Avant l’adolescence, les parents sont les repères de l’enfant ; après ce sont les copains. À l’adolescence, à chaque fois qu’on leur dit de faire ceci ou cela, c’est comme si on leur disait non. Les adolescents sont en devenir ; il faut leur faire comprendre que la rébellion ne signifie pas qu’ils sont en train de s’affirmer ou de vivre pour eux. Cela concerne la relation à l’autre et, en fait, se retrouve à tout âge.

Donc soit vous donnez un ordre à votre enfant : « Tu fais ça », soit, deuxième solution, vous êtes dans la coopération. Vous vous mettez à côté de lui et vous lui donnez une information. Dans ce cas, c’est lui qui va devoir faire le chemin. C’est l’adulte qui pose le cadre autour de l’enfant ; nous sommes à l’intérieur du cadre et je fais coopérer mon enfant. Il a toute liberté de le faire à sa manière.

C’est le parent qui va poser le cadre et les règles. C’est un jeu de pouvoir : il y a un dominant et un dominé et il faut que l’enfant cède. C’est pour cette raison que c’est différent d’un enfant à un autre.

La règle du « Quand on …, on… » qui permet d’expliciter vos attentes devient très importante. Exemple :

« Quand on goûte, on débarrasse la table. »

« Quand on parle à quelqu’un, on lui parle avec respect »

L’objectif du parent est de mettre l’enfant dans son « je » : je suis cette personne. C’est l’enfant qui se connaît qui peut se mettre dans son je et si je me connais, je peux m’affirmer, mes faire respecter. C’est le début de tout.

La non affirmation de soi signifie pour l’enfant des angoisses, de l’anxiété et des phobies. La non affirmation de soi donnera des enfants avec une faible estime d’eux-mêmes. Les enfants qui ne sont pas dans leur je et qui n’assument pas leurs responsabilités peuvent se tourner vers le mensonge.

Dans le cadre de la rébellion, on a affaire à un excès d’affirmation de soi. C’est l’énorme JE qui prend toute la place et mène à l’irrespect et à la violence.

On ne vit pas deux fois dans sa vie une période comme celle de l’adolescence ; ils sont tous plutôt dans la rébellion. C’est le moment où l’élan de vie fait que les adolescents se détachent du porte-avion familial pour aller voir plus loin, mais reviennent. Le phénomène perdure jusqu’à la séparation finale.

Décrire la situation problématique pour attirer son attention

Par exemple, vos enfants ont goûté et tout est resté en plan : le pain est sorti, la confiture aussi, il y a des miettes sur la table. Vous allez capter l’attention de vos enfants en décrivant ce que vous voyez. On est dans la coopération et cela fonctionne bien avec les petits, plus difficilement avec les ados.

Le lendemain, à l’heure du goûter, lui demander ce qu’il décide :

– soit tu goûtes et tu ranges

– soit tu ne goûtes pas.

Il faut faire en sorte que les enfants/adolescents prennent part aux responsabilités et vous constaterez que, plus vous utiliserez la coopération, moins vous aurez de problèmes.

Si l’enfant vous répond mal et que l’on sort du stade de la coopération, il faut donner le choix :

– soit tu me parles avec respect

– soit tu décides que tu ne peux pas être dans la pièce de vie avec moi.

Mal parler à ses parents est une agression que l’on ne peut accepter, et il faut que l’enfant comprenne que l’on subit la conséquence de ses actes.

 Donner un renseignement

Il s’agit de donner une information que l’enfant n’a pas. Si, par exemple, il a laissé trainer la bouteille de lait sur la table, lui dire : « Le lait tourne hors du frigo. Alors, on ne peut plus le boire. » On déplace le problème, il ne s’agit plus d’un ordre, mais le résultat est le même : il faut ranger la bouteille.

Dire les choses en un seul mot

Plutôt que de faire un long discours. Par exemple, s’il a laissé ses chaussures dans l’entrée, lui dire simplement : « Chaussures ». Tout doit être dans le ton utilisé qui prend le dessus sur le discours.

Décrire ce que l’on ressent

Je trouve agréable quand je rentre de trouver une table bien propre.

Écrire une note

Toujours avec humour et surtout sans sarcasme. Nous ne résisterons pas à l’envie de vous donner l’exemple de la note d’Émilie Michel :

« J’aime vous voir manger

Vous rassasier de votre goûter !

Mai j’aime aussi

Quand tout est fini

Être propre débarrassée

Pour le prochain goûter ! »

Votre table

PROCHAIN ATELIER

Samedi 18 mai 2019

De 10h à 12h

Animé par Mme Émilie Michel

Sur le thème : « Restaurer l’estime de soi »

 

 

 

 

Les Saviotins et le nettoyage de la nature

Dans le cadre du projet pédagogique et plus particulièrement du parcours éco-citoyen, les Saviotins qui ont participé jeudi 11 avril à l’opération « Nettoyons la Nature » ont ramassé 67,7 Kg de déchets sur les bordures de routes et chemins de Saint-Léger de la Martinière.

57155314_1036528986557170_6144434806986899456_n

Créée en 1997, l’opération « Nettoyons la Nature » consiste à proposer, chaque année, à des volontaires d’agir concrètement en faveur de l’environnement. L’objectif est d’offrir l’opportunité de réfléchir aux comportements de l’individu, à l’impact des déchets sur la nature, de comprendre quel est le devenir des déchets anthropiques et d’être sensibilité à l’importance du tri pour que les déchets soient recyclés. L’opération représente un projet éducatif concret permettant de sensibiliser les élèves. C’est ainsi que les Saviotins ont participé au nettoyage des routes et chemins dans le secteur compris entre la Bertramière et Saint-Léger de la Martinière le 11 avril. Deux groupes ont été constitués constitués avec des parcours différents. En plus d’un acte écologique cette balade a permis aux enfants de constater l’irresponsabilité de certains comportements humains : ils ont ramassé au total 67,7 Kg de déchets !

Afin que les Saviotins comprennent bien l’importance des enjeux, Jordan Veillon a fait un cours sur l’écologie la veille de l’opération, cours qui sera repris ultérieurement. Grâce à l’enseigne Leclerc à l’origine du concept, du matériel de protection a été remis aux élèves qui ont conservé les gants.

 

CDS News – avril 2019

 

 

18 mai : atelier du Cercle des parents pas carrés

Le prochain atelier de l’école des parents « Le Cercle des Parents pas Carrés » aura lieu :

SAMEDI 18 MAI 2019

De 10 h à 12 h

Madame Émilie MICHEL

psychopédagogue et coach parentale animera cet atelier dont le thème est :

« Restaurer l’estime de soi »

 – Comprendre le fonctionnement de l’estime de soi

– En déduire les besoins de l’enfant

– Maîtriser des outils pour protéger et/ou renforcer l’estime de soi et donc la confiance en soi

Mme Émilie Michel : http://www.enfants-parents-epanouis.fr

 

MODALITÉS PRATIQUES

 Les ateliers du « Cercle des Parents pas Carrés » sont ouverts à tous, adhérents comme non adhérents à l’association.

Tarif : pour les adhérents : 15 € – pour les non adhérents : 30€.

S’inscrire au 06 31 99 30 51 ou par mail : chrislabrousse@wanadoo.fr. Les non inscrits seront acceptés dans la mesure des places disponibles.

Les ateliers ont lieu le samedi, de 10 h à 12 h, au 15 de la Bertramière à Saint-Léger de la Martinière (79500)

CDS News –  2019